Parti Socialiste

Faire respirer la ville, un objectif majeur

Le par

baldo conf presse transports 14.03.2014 001  Aix-en-Provence irrespirable, bruyante, impraticable… Cela ne peut pas continuer ainsi. Notre ville doit faire sa « révolution » des transports. Lors de la conférence de presse que j’ai tenue il y a quelques jours, j’ai souhaité dresser un état de lieux qui apparaît inquiétant mais conforme à ce que vivent les habitants.

A l’heure d’une pollution atmosphérique nationale sans précédent, l’impact sanitaire des transports prend toute sa signification et la question de sa réduction devient un enjeu majeur et impliquant qui intéresse tous les citoyens. Les axes de circulation à Aix-en-Provence sont de plus en plus encombrés, avec des conséquences désastreuses en termes de rallonge des temps de déplacement domicile-travail ou de dégradation de la qualité de l’air. Ainsi, à certaines heures, la ville est pour ainsi dire « bloquée ».

baldo conf presse transports 14.03.2014 001En conférence de presse avec, à mes côtés, Cyril Di Méo, André Guinde et Eliane Edino

Quelques chiffres sur les déplacements : Les résultats de l’enquête ménages menée à la demande de la Région en 2009, confirme la suprématie de la voiture particulière comme mode de déplacement.
* 7,2 millions de déplacements par jour,
* 4 déplacements par personne et par jour ; la voiture reste le mode de déplacement privilégié (65%) des résidents du Pays d’Aix et la part de marché des transports en commun a faiblement augmenté (+0,5 point).
* Le travail reste le premier motif de déplacements (24%), devant les loisirs (21%) et les achats (20%).
* Aix-en-Provence conforte son rôle de plate-forme d’échange : trois quarts des déplacements d’échanges entre les secteurs du Pays d’Aix ont une extrémité dans la ville-centre.
* 79% des ménages sont équipés d’au moins 1 véhicule, contre 21% qui n’en possèdent pas et 35% qui en ont au moins 2.
A l’heure où la question des transports est devenue cruciale pour le développement et la qualité de vie des villes, l’immobilisme semble de mise à Aix-en-Provence, et la ville accuse aujourd’hui un retard impressionnant et handicapant au regard de certaines autres cités comme Nantes, Bordeaux, Lyon…

Nouvelles solutions de transport ? Question de multimodalité avec le développement d’aires de covoiturage ou de pistes cyclables ? Accès facilités  aux gares routières, SNCF ou TGV… ? Non, à Aix-en-Provence, le recours à la voiture individuelle est la norme, malgré les problèmes environnementaux conséquents de plus en plus évidents.

Notre ville, avec ses 142.000 habitants, ne dispose toujours pas, à ce jour, d’un Plan de déplacements urbains (PDU obligatoire pour les villes de + de 100.000h), ce qui dénote l’absence de volonté voire l’incapacité de la municipalité sortante à résoudre les problèmes de transports sur la ville.

A une offre de transports insuffisante et incohérente, se sont rajoutés des expériences et des expérimentations calamiteuses pour les habitants tant en termes de coût qu’en matière de service, les V’Hello (un gouffre financier) et le changement d’opérateur du réseau Aix en bus (avec un surcoût de 28 millions d’euros).

Il est temps d’impulser une politique volontariste et de proposer pour le bien-être de tous, une véritable alternative au « tout voiture » qui règne aujourd’hui à Aix-en-Provence. Afin de lutter contre la pollution, le bruit, la saturation routière aux entrées des zones d’activité économique et l’exaspération des habitants, il est urgent d’alléger la pression automobile sur le réseau de circulation tout en offrant aux habitants de nouvelles solutions de transports.

Cette politique ne peut se mener sans une concertation réelle avec les citoyens et les instances de la vie locale qui sont en droit d’attendre un service de transport urbain à la hauteur de leur besoins ; il faut également savoir profiter de la mise en place de la future Métropole pour résoudre le problème de déplacements et réfléchir les transports de demain à un nouvel échelon local de décision et d’action.

J’ai la volonté de faire respirer la ville. Pour cela, je propose plusieurs mesures :
Réorganiser le fonctionnement intra-muros d’Aix en bus avec l’objectif d’une évolution des lignes et des horaires, une augmentation de la fréquence, une amplitude horaire étendue, une meilleure couverture de l’ensemble du territoire (quartiers périphériques et villages)… le tout bien sûr en concertation avec les citoyens. Et à terme, se donner comme objectif majeur d’aller progressivement vers la gratuité des transports aux Aixois en liaison avec notre partenaire de demain, la métropole AMP.
Créer des voies de circulation en sites propres pour favoriser et optimiser la circulation des bus et respecter les horaires.
Construire de nouveaux parkings de persuasion sécurisés (13 sites ont déjà été recensés) pour inciter les usagers à se rendre en navette dans le centre.
– Créer des pistes cyclables, dans une ville qui présente un retard très important dans ce domaine.
Achever la piétonisation complète du centre qui fera respirer le cœur de ville.
Développer des plateformes logistiques de livraisons en périphérie afin de désencombrer la circulation des poids lourds en ville.
Améliorer les cheminements piétons…
Étendre les zones 30 en ville et abaisser la vitesse de 20 km/h sur le nœud autoroutier qui jouxte Aix-en-Provence (A51 et A 28).
– Favoriser le développement du covoiturage et de l’auto-partage.

Il est également nécessaire de lancer un programme ambitieux de transports au niveau Métropolitain :
– Parce que les flux de transports sont aussi métropolitains, on constate chaque jour 240.000 déplacements entre les villes d’Aix-en-Provence et Marseille,

– Parce que la mise en place de la Métropole va permettre la diminution du nombre de décideurs en la matière et la dispersion des responsabilités, on passera ainsi de 11 autorités organisatrices décideurs (Etat, région, département, communautés d’agglo, ville…) à 2 (métropole + commune).
Dans ce programme, il importe de soutenir la réalisation de dossiers majeurs pour le pays d’Aix:
modernisation intégrale de la ligne TER Aix-Marseille pour doubler les cadences de circulation.
réalisation d’une voie de bus en site propre sur l’autoroute Aix-Marseille pour permettre aux navettes de circuler hors trafic aux heures de pointe.
– veiller à la bonne réalisation du doublement de la RD9 entre Aix et l’Arbois, et défendre la réouverture de la ligne de train Aix-Rognac pour assurer la bonne desserte de la gare TGV, de la zone industrielle de Vitrolles, d’Eurocopter et de l’aéroport.

Article de La Provence du 17 mars 2014baldo conf presse transports 14.03.2014 Abaldo conf presse transports 14.03.2014 B

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias